Captcha image
  • Sant Llorenç de la Muga
  • Sant Llorenç de la Muga
  • Sant Llorenç de la Muga
  • Sant Llorenç de la Muga
  • Sant Llorenç de la Muga

Histoire

Sou a: Inici>Village guide>Histoire

Un résumé très abrégé des étapes et des faits marquants de l’histoire de San Llorenç démarre  par la localisation de ses origines ; c’est en 972 que l’on a référencé un hameau  situé à la paroisse de Sancti Laurenti de Sambuca, mention qui est répétée sur différents documents au long du XI ème siècle.

A partir de l’année 1160, la ville de San Llorenç a fait partie des possessions d’Arnau de Llers. Elle est restée aux mains de cette famille jusqu’en 1225, année où Bernat de Llers vendit le château de Sant Llorenç avec ses édifications et dépendances au roi Jaume I.

Le roi Jaume 1 maintint la possession du château et du village pendant environ cinquante ans, concrêtement jusqu’en 1272, lorsque son fils, l’infant Père, qui plus tard deviendrait Pierre le Grand quitta la ville de Sant Llorenç de la Muga pour celle de Torroella de Montgri avec Dalmau, fils du vicomte Jofre de Rocaberti.

Depuis lors et jusqu’en 1900, année du décès de l’ancienne comtesse de Perelada, Joana Adelaida de Rocaberti, la ville de Sant llorenç de la Muga appartint à la famille des Rocabertí, comtes de Perelada.

De la famille Rocaberti, on conserve un  écusson gravé sur le seuil de la porte d’entrée au moulin du comte de Perelada, situé dans la rue du Pont de Sant Llorenç de la Muga.

Au cours de la longue étape où San Llorenç de la Muga appartint à la famille des Rocaberti, il faut souligner l’évolution démographique de la municipalité, liée aux systèmes de production agricole, forestière ou artisanale ainsi que les différentes guerres et batailles qui eurent lieu dans le village.

Du XVème jusqu’à la moitié du XVème siècle, la population s’accrut de manière constante et progressive ; la majorité des foyers se consacrait à l'agriculture et à l'élevage, ce qui leur permettait de développer l'activité textile de production de draps. C'est au village qu'était réalisé tout le processus de production de textiles en laine qui étaient ensuite vendus à Figueras, Gérone et même Barcelone. A cette époque-là, le rendement de l'exploitation forestière avait également augmenté considérablement, ce qui entraîna une augmentation rapide de la population.

A partir de la deuxième moitié du XVIII ème siècle, il faut souligner l'étape historique de la création de la Fonderie royale de Saint Sébastien de la Muga (1771-1794) qui se consacra à la fabrication de boules de canons et de munitions. La surexploitation des forêts de chênes pour la production de charbon destiné à entretenir le fonctionnement de la Fonderie Royale provoqua un changement radical du paysage de San Llorenç et de son environnement proche.

La fin de la Fonderie Royale est la conséquence du grand intérêt stratégique que représentait à ce moment-là la fabrique d'armement de la municipalité, non seulement pour  la monarchie espagnole mais également pour la république française. Justement, en 1794, pendant la Grande Guerre, San Llorenç fut la première commune de Catalogne occupée par les troupes françaises où se déroulèrent les deux batailles de San Llorenç de la Muga qui représentaient une tentative de reconquête de la Fonderie par les troupes espagnoles. La première bataille, d'après les faits, présente une version différente : pour les espagnols, elle fut un modèle de malchance tandis que les français y virent un modèle de mauvaise stratégie. Il est vrai que le camp espagnol eut de nombreuses pertes et il ne se contenta pas de maintenir sa position à la fonderie mais il occupa également le village de Terrades.

Au cours de la deuxième bataille de San Llorenç, trois mois plus tard, les troupes espagnoles se dirigirent vers San Llorenç à travers des chemins ruraux séparés en différents bataillons. Certains se perdirent, d'autres arrivèrent trop tard et ceux qui arrivèrent les premiers ne surent que faire tout seuls. C'est ainsi que les Français contre-attaquèrent et dispersèrent l'attaque espagnole. Cependant, les troupes françaises ne se sentaient pas à l'aise en territoire ennemi ; c'est pourquoi de Paris on ordonna le retrait des troupes et la destruction de la fonderie royale et des trois ponts d'accès au village.

Du début du XXème siècle, il faut souligner la mission accomplie par la famille Camps Amet au village de San Llorenç. C'était une famille aisée dont l'un des membres : Albert Camps Armet (Figueres 1849-Barcelone 1923) fut sénateur à Madrid, influence dont il profita pour projeter la construction de la nouvelle route d'Albanya à Figueras. C'est également lui qui impulsa l'établissement d'une communauté de religieuses qui se chargea de l'éducation des petites filles en 1939. Il posa la condition suivante : s’il mourait sans héritiers, il lèguerait ses possessions à la commune, ce qui fut fait. Charles abandonna l'immeuble actuel de la mairie pour l'installation de l'école publique qui fut plus tard le siège de la maison du village ; quant au reste de ses possessions il les légua à la ville de Figueras. De nombreux éléments expriment la gratitude lu village envers la famille Camps Arnat : une plaque de 1925, placée sur la façade latérale de la mairie, les noms des rues Paula Armet (mère d'Albert et de Charles), Albert Camps ainsi que le nom de la place Charles Camps, centre neurologique de la vie sociale et culturelle de San Llorenç de la Muga.

 
 

Copyright 2010 Sant Llorenç de la Muga

C/ Església, 2 · 17732 Sant Llorenç de la Muga · Tel. 972569140 ·